Black on Transparent.png

LES HIMBAS ET LEURS ENFANTS

Lors de notre dernier voyage, nous avions souhaité visiter une école de brousse aux confins de la Namibie et de l'Angola dans le désert du Kaokoland.

 

Nous n'avions comme seule indication pour trouver l’école OMUHONGA :

 

« un petit panneau de bois à gauche au bord d'une piste de 140 km »

 

 

 

LES HIMBAS

Les ethnies Himbas sont établies au nord de la Namibie. Ce peuple de 10 000 âmes vit de son bétail et habite dans des campements disséminés avec leurs troupeaux.

 

Si les Himbas sont fortement attachés à leurs traditions, ils commencent à être, aujourd’hui, en contact avec la modernité.

 

Des parents se mettent à rêver que leurs fils ou leurs filles deviendront médecin pour soigner les vieux du village.

Pour cela, ils souhaitent désormais bénéficier d’écoles, de dispensaires et l’Etat namibien se préoccupe aujourd’hui de cette ethnie qui vit à l’écart du reste de la population.

Mais tout cela doit s’accomplir à leur rythme sans que rien ne leur soit imposé. C’est là tout le défi de la modernité que doivent relever les Himbas.

file.png

campement himba à la frontière avec l'Angola

UNE TRADITION HIMBA

Traditionnellement les femmes Himbas se teignent la peau en rouge avec une pommade réalisée à base de graisse de vache et de poudre d’ocre rouge.

Cet onguent fait partie des critères de beauté et permet également de les protéger du soleil, de la sécheresse de l’air et des insectes.

Leurs cheveux sont coiffés en tresses lisses et épaisses, enduites également de la même substance.

L’ECOLE OMUHONGA

Cette école de brousse est située au bout d'une piste juste avant la frontière angolaise. Elle accueille aujourd'hui plus de 400 élèves de la maternelle au collège.

Les Himbas étant un peuple nomade, les enfants sont obligés de dormir à l’école. Certaines familles se sont regroupées autour de celle-ci dans des campements de fortune;

 

Elles font ce sacrifice car elles pensent que les enfants n'ont pas d'avenir s'ils n'apprennent pas à lire, compter et parler anglais.

Si l’Etat namibien finance les enseignants et les bâtiments, ce n’est que depuis une année qu’il prend en charge la nourriture des élèves.

10 b.jpg
©

jeune élève de l'école Omuhonga

Ce chant spontané nous

a émus et nous a décidés à agir

©